Aller au menu principal

Avocats

Dans la présente section, vous trouverez les résumés des plaintes qui ont été examinées par le commissaire. Le rapport de l'examen de la plainte est joint au résumé, s'il y a lieu.

Les résumés sur la présente page sont ordonnés du plus récent au plus ancien pour l'année en question. Consultez le menu ci-dessous pour accéder aux autres résumés.



    Plaintes reçues en 2013

    2013-08-20

    Plainte reçue le 20 août 2013.
    Dossier fermé le 1er octobre 2014.
    Permis/certificat de spécialiste visé : Permis spécial de conseiller juridique étranger.

    Problématique

    • Admissibilité par l’autorisation légale d’exercer du pays d’origine;
    • Justification de l’exigence de trois ans d’expérience.

    Conclusion(s)

    Conclusions quant à la situation du plaignant

    • La décision de l’Ordre de refuser au plaignant la délivrance du permis spécial de conseiller juridique étranger est en stricte conformité avec le texte du règlement applicable;
    • Le plaignant a exercé pendant plusieurs décennies la profession de magistrat dans son pays d’origine et y est récemment devenu avocat;
    • Le plaignant n’est pas en mesure de démontrer qu’il a exercé, dans son pays d’origine, la profession d’avocat pendant trois ans, comme l’exige la règlementation sur la délivrance du permis spécial de conseiller juridique étranger;
    • Le plaignant pourrait envisager de demander à l’Ordre la délivrance d’un permis restrictif temporaire ou une autorisation spéciale, dans l’attente d’obtenir valablement le permis spécial de conseiller juridique étranger;
    • Le cas du plaignant soulève toutefois des questions sur l’approche normative de l’Ordre pour encadrer la pratique des conseillers juridiques étrangers.

    Conclusions quant au mécanisme de reconnaissance des compétences

    • Étant donnée la finalité du permis spécial, toute condition de qualification en sus de l’autorisation légale d’exercer du pays d’origine doit être justifiée par un impératif de répondre à des spécificités québécoises qui caractériseraient l’exercice des activités autorisées par ce permis. Cela s’apprécie principalement par la nature des activités autorisées par le permis spécial, de même que par les connaissances et habiletés nécessaires pour les exercer, que ne détiendrait pas le professionnel formé à l’étranger;
    • L’Ordre n’a pas suffisamment justifié l’exigence additionnelle d’expérience comme avocat ni le choix d’avoir fixé à trois (3) ans la durée de cette expérience. Il s’est appuyé sur une simple recension des exigences des barreaux hors du Québec, auxquelles il entendait s’harmoniser. Son raisonnement n’est pas axé sur les compétences requises par les activités autorisées et qui découleraient de l’acquisition de l’expérience exigée;
    • Les conditions de délivrance du permis spécial de conseiller juridique étranger ne tiennent pas suffisamment compte de la diversité des systèmes et des professions juridiques dans le monde. Plusieurs parcours de juristes mènent à la profession d’avocat et sont pertinents pour exercer le type d’activités autorisées par le permis spécial de conseiller juridique étranger.

    Recommandation(s) et intervention(s)

    1. Que l’Ordre et l’Office des professions entament les démarches afin de modifier le Règlement sur la délivrance des permis spéciaux du Barreau du Québec et d’en retirer l’exigence d’expérience de trois ans de pratique de la profession d’avocat pour la délivrance du permis spécial de conseiller juridique étranger;
    2. Que, dans l’attente de l’entrée en vigueur d’une modification réglementaire ou, à défaut de celle-ci, en complément du règlement actuel, l’Ordre explore l’avenue de la délivrance de permis restrictifs temporaires ou celle des autorisations spéciales pour les candidats au permis spécial de conseiller juridique étranger.

    Réponse et suite(s)

    Avec certaines réserves, l’Ordre s’engage à reprendre l’analyse du règlement quant aux dispositions concernant la délivrance du permis spécial de conseiller juridique étranger.

    Document(s) pertinent(s)


    Ajouter aux favorisPublier sur twitterpartager sur del.icio.usAjouter aux favoris sur google.comPartager sur facebook.com

    Sujet : Formation continue

    SAVIEZ-VOUS que plusieurs ordres professionnels imposent une formation continue obligatoire à leurs membres, par le biais d’une réglementation?

    Cette réglementation est justifiée par l’évolution rapide et constante des connaissances nécessaires pour l’exercice d’une profession.

    Les activités de formation continue obligatoire ont pour but de permettre aux membres d’acquérir, de maintenir, de mettre à jour, d’améliorer et d’approfondir les connaissances, les habiletés et les attitudes liées à l’exercice de leurs activités professionnelles.

    Le maintien des compétences et la mise à jour des connaissances contribuent directement au volet prévention de la mission de protection du public confiée aux ordres professionnels dont un des rôles et responsabilités est de contrôler la compétence de ses membres.

    En date du 1er mai 2012, la moitié des ordres professionnels ont adopté un règlement sur la formation continue obligatoire.

    Joindre le commissaire

    Courrier
    Commissaire à l'admission aux professions
    500, boulevard René-Lévesque Ouest
    6e étage, bureau 6.500
    C.P. 40
    Montréal (Québec)  H2Z 1W7

    Téléphone
    Région de Montréal  514-864-9744
    Région de Québec  418-643-6912
    Ailleurs au Québec 1-800-643-6912
    Extérieur du Québec  +1 514-864-9744

    En tout temps, vous pouvez laisser un message dans notre boîte vocale.

    Courriel  commissaire@opq.gouv.qc.ca

    Télécopieur
    514-864-9758

    Heures d'ouverture des bureaux
    Du lundi au vendredi
    de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30

    Gouvernement du Québec, 2020
    © Gouvernement du Québec, 2020