Aller au menu principal

Psychoéducateurs et psychoéducatrices

Dans la présente section, vous trouverez les résumés des plaintes qui ont été examinées par le commissaire. Le rapport de l'examen de la plainte est joint au résumé, s'il y a lieu.

Les résumés sur la présente page sont ordonnés du plus récent au plus ancien pour l'année en question. Consultez le menu ci-dessous pour accéder aux autres résumés.



    Plaintes reçues en 2017

    2017-05-17

    Plainte reçue le 17 mai 2017.
    Dossier fermé le 3 juillet 2018.
    Permis/certificat de spécialiste visé : Permis régulier.

    Note

    Réponse satisfaisante de l’Ordre obtenue en cours d’examen.


      2017-04-19

      Plainte reçue le 19 avril 2017.
      Dossier fermé le 4 mai 2018.
      Permis/certificat de spécialiste visé : Permis régulier.

      Problématique

      • Rejet de la candidature sur la base du repère scolaire de diplôme évalué par le MIDI;
      • Prise en compte de l’Évaluation comparative des diplômes délivrée par le MIDI dans le processus de reconnaissance d’équivalence de l’Ordre.

      Conclusion(s)

      • La plaignante est titulaire d’un diplôme d’éducateur spécialisé délivré par le ministère de l’Éducation nationale français et possède une dizaine d’années d’expérience dans le domaine de l’éducation spécialisée au Québec;
      • Dans le système éducatif du pays d’origine et à l’époque de son obtention, ce diplôme n’était pas officiellement considéré de niveau universitaire. Selon l’évaluation comparative du MIDI et la méthode qui lui est propre, il était comparable à un diplôme d’études collégiales en formation technique (DEC);
      • Sur la base de l’évaluation comparative du MIDI et en référence à l’article 2 du Règlement, l’Ordre a déclaré la demande d’équivalence non recevable, sans évaluer les connaissances et habiletés acquises durant la formation et le parcours professionnel de la personne plaignante;
      • En arrêtant le processus de reconnaissance de l’équivalence à la détermination du repère scolaire et sa comparaison avec le diplôme reconnu selon les normes d’équivalence de diplôme, l’Ordre a négligé de considérer le mécanisme complémentaire de l’équivalence de formation prévu à l’article 4 du Règlement, qui, lui, ne réfère pas à un repère scolaire;
      • L’évaluation scolaire effectuée par le MIDI ne peut constituer une condition sine qua non de la recevabilité d’une candidature ou entrainer l’arrêt de son étude;
      • La frontière formelle entre des niveaux de formation est plus poreuse qu’on le croit. C’est le cas au Québec entre l’enseignement collégial et l’enseignement universitaire. On sait que dans plusieurs domaines, des établissements d’enseignement universitaires accordent une équivalence de cours universitaire de premier cycle à certains cours du niveau collégial;
      • En France, la plupart des diplômes d’État sont délivrés suite à des formations dispensées traditionnellement dans des écoles ou des instituts situés hors du cadre universitaire, mais cela ne signifie pas que le niveau des compétences enseignées ne puisse pas être équivalent au niveau universitaire;
      • Pour un ordre professionnel, le repère scolaire ne peut, à lui seul, soutenir une conclusion sur le niveau et la valeur d’une formation. Il peut même être un leurre et demande qu’on regarde la réalité de ce qui est enseigné sur le plan des compétences;
      • L’Ordre demeure responsable d’évaluer les connaissances et de déterminer leur équivalence en vue de la délivrance du permis d’exercice, en portant un regard sur le contenu de la formation et de l’expérience acquises en fonction des exigences de la protection du public;
      • L’Ordre devrait développer des outils d’analyse qui permettent aux membres du comité des équivalences d’apprécier les compétences des candidats, au-delà de l’opinion formulée par le MIDI sur le repère scolaire;
      • À la suite des échanges avec le commissaire, l’Ordre a revu sa position et a accepté d’étudier le dossier d’admission de la plaignante selon la procédure de l’admission par équivalence de formation;
      • En cours d’enquête, l’Ordre a souligné qu’il va implanter sous peu une nouvelle politique d’évaluation des dossiers de candidature basée sur un référentiel des compétences.

      Recommandation(s) et intervention(s)

      • Réponse satisfaisante obtenue en cours d’enquête;
      • Nous ne notons plus d’éléments pouvant justifier une recommandation à l’Ordre de revoir le dossier ou son approche.

      Document(s) pertinent(s)


      Ajouter aux favorisPublier sur twitterpartager sur del.icio.usAjouter aux favoris sur google.comPartager sur facebook.com

      Sujet : Formation continue

      SAVIEZ-VOUS que plusieurs ordres professionnels imposent une formation continue obligatoire à leurs membres, par le biais d’une réglementation?

      Cette réglementation est justifiée par l’évolution rapide et constante des connaissances nécessaires pour l’exercice d’une profession.

      Les activités de formation continue obligatoire ont pour but de permettre aux membres d’acquérir, de maintenir, de mettre à jour, d’améliorer et d’approfondir les connaissances, les habiletés et les attitudes liées à l’exercice de leurs activités professionnelles.

      Le maintien des compétences et la mise à jour des connaissances contribuent directement au volet prévention de la mission de protection du public confiée aux ordres professionnels dont un des rôles et responsabilités est de contrôler la compétence de ses membres.

      En date du 1er mai 2012, la moitié des ordres professionnels ont adopté un règlement sur la formation continue obligatoire.

      Joindre le commissaire

      Courrier
      Commissaire à l'admission aux professions
      500, boulevard René-Lévesque Ouest
      6e étage, bureau 6.500
      C.P. 40
      Montréal (Québec)  H2Z 1W7

      Téléphone
      Région de Montréal  514-864-9744
      Région de Québec  418-643-6912
      Ailleurs au Québec 1-800-643-6912
      Extérieur du Québec  +1 514-864-9744

      En tout temps, vous pouvez laisser un message dans notre boîte vocale.

      Courriel  commissaire@opq.gouv.qc.ca

      Télécopieur
      514-864-9758

      Heures d'ouverture des bureaux
      Du lundi au vendredi
      de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30

      Gouvernement du Québec, 2020
      © Gouvernement du Québec, 2020