Aller au menu principal

Encadrement de la pratique de l'ostéopathie

28 septembre 2017

À l’automne 2014, l’Office a sollicité la collaboration des associations d’ostéopathes qui lui étaient connues, afin de mettre en place un groupe de travail qui entamerait les démarches nécessaires pour concrétiser l’encadrement de la pratique de l’ostéopathie.

Le groupe de travail a débuté ses travaux en février 2015 et a tenu, à ce jour, vingt-deux rencontres. Les travaux se poursuivent et le résultat de ceux-ci devrait conduire à une consultation du milieu ostéopathique qui se tiendra au cours de l’automne 2017. Il n’est pas exclu que d’autres consultations soient menées par la suite.

Cette consultation sera conduite par le groupe de travail. Il ne s’agit pas d’une commission parlementaire ni d’une consultation sur un projet de lettres patentes constituant l’ordre professionnel des ostéopathes.

La ministre de la Justice, Mme Stéphanie Vallée, a récemment adressé une lettre à la communauté ostéopathique pour annoncer le mandat qu’elle avait confié à l’Office de lui soumettre prochainement une proposition qui aura pour effet de statuer, entre autres, sur la formation à acquérir pour la pratique compétente de l’ostéopathie, d’établir les conditions d’exercice sécuritaire pour le public et d’écarter ou d’éliminer les pratiques non conformes au moyen d’un cadre législatif approprié. Elle a également sollicité l’ouverture et la collaboration de la communauté ostéopathique dans le contexte des travaux actuellement menés par le groupe de travail sur l’encadrement de l’ostéopathie et de la consultation qui se tiendra à l’automne.

Rappelons qu’aucun projet de lettres patentes constituant l’ordre professionnel des ostéopathes n’a encore été soumis à la ministre de la Justice.

Ajouter aux favorisPublier sur twitterpartager sur del.icio.usAjouter aux favoris sur google.comPartager sur facebook.com

Sujet : Formation continue

SAVIEZ-VOUS que plusieurs ordres professionnels imposent une formation continue obligatoire à leurs membres, par le biais d’une réglementation?

Cette réglementation est justifiée par l’évolution rapide et constante des connaissances nécessaires pour l’exercice d’une profession.

Les activités de formation continue obligatoire ont pour but de permettre aux membres d’acquérir, de maintenir, de mettre à jour, d’améliorer et d’approfondir les connaissances, les habiletés et les attitudes liées à l’exercice de leurs activités professionnelles.

Le maintien des compétences et la mise à jour des connaissances contribuent directement au volet prévention de la mission de protection du public confiée aux ordres professionnels dont un des rôles et responsabilités est de contrôler la compétence de ses membres.

En date du 1er mai 2012, la moitié des ordres professionnels ont adopté un règlement sur la formation continue obligatoire.

NOUS JOINDRE

800, place D'Youville, 10e étage

Québec (Québec) G1R 5Z3

Gouvernement du Québec, 2017
© Gouvernement du Québec, 2017